Une page se tourne au Ceras

Lors de son assemblée ordinaire du 10 juin dernier, le Conseil de fondation du Ceras a pris congé d'Antoine Bigler, président depuis 2001, et de Pierrine Guillaume-Gentil, directrice de l'École spécialisée depuis 2010. Florent Cosandey et Aline Humbert assureront leurs successions respectives. Une belle occasion de faire le point sur l'important développement de cette fondation BEJUNE qui joue un rôle déterminant dans l'insertion socioprofessionnelle de nombreux jeunes en leur proposant un cursus scolaire ou de formation adapté.

En 1997, la fondation dans son ensemble dispense des prestations scolaires, thérapeutiques et d'accompagnement à la formation professionnelle à 140 enfants, adolescents ou jeunes adultes sous son ancien nom : Centre IMC ; elle emploie alors 59 collaborateurs pour environ 44 équivalents plein temps.

Alors préfet du district de Courtelary, Antoine Bigler rejoint en janvier 1997 le Conseil de fondation en tant que vice-président et représentant du Conseil du Jura bernois ; il s'investit rapidement et pleinement pour la fondation, et en reprend la présidence en mai 2001. Durant ses vingt années de présidence, Antoine Bigler a dirigé le développement et la transformation de la fondation avec humanisme et pragmatisme.

Les progrès de la médecine, le dépistage et l'identification de nouveaux troubles spécifiques au niveau du langage ou des apprentissages conduisent la fondation à élargir ses critères d'admission pour mieux répondre aux besoins des élèves ou jeunes en formation. En 2005, le Centre IMC devient Ceras (Centre régional d'apprentissages spécialisés). Il garde son identité régionale BEJUNE et son concept de prise en charge interdisciplinaire spécialisée qui permet aux bénéficiaires de construire un projet d'insertion socioprofessionnelle à l'âge adulte.

En 2008, l'entrée en vigueur de la RPT et son passage à un financement cantonal provoquent un changement de paradigme important pour la fondation. En effet, les prestations délivrées par l'École spécialisée (ÉS) relèvent désormais de la compétence des cantons alors que les prestations de l'Unité de formation professionnelle (UF) sont financées par la Confédération, via l'Assurance Invalidité et ses mesures de formation professionnelle initiale ; la fondation décide alors de s'organiser en deux structures institutionnelles autonomes : l'ÉS et l'UF.

Partenaire précieux des cantons et des protagonistes des milieux scolaires, de la formation professionnelle, la fondation adapte continuellement les prestations fournies en fonction de l'évolution des besoins et du contexte socio-économique. Fidèle à ses valeurs et à son concept, elle parvient néanmoins à répondre aux attentes politiques en s'implémentant dans de nouveaux sites et en développant des modèles de prise en charge innovants.

Depuis 2010, sous la direction de Pierrine Guillaume-Gentil et en partenariat avec l'Office de l'enseignement spécialisé du canton de Neuchâtel, l'ÉS a non seulement ouvert trois classes pour atteindre un effectif de 103 élèves, mais elle a surtout largement développé ses prestations intégratives au sein de l'école neuchâteloise : soutien pédagogique spécialisé de l'unité ambulatoire de langage (UAL), conseil pour la mise en place et l'utilisation des aides pédagogiques informatisées (API, www.api.ch), appui intégratif, classes intégrées ou délocalisées.

De son côté, l'UF a elle aussi largement augmenté sa capacité d'accueil ; elle accompagne à ce jour environ 140 jeunes sur ses quatre sites de l'espace BEJUNE pour une phase d'orientation professionnelle, une formation initiale de niveau CFC, AFP ou FPE et propose du coaching post formation.

En 2021, toutes prestations de l'ÉS et de l'UF confondues, ce sont plus de 600 enfants, adolescents et jeunes adultes qui en sont bénéficiaires.

Le Conseil de fondation du Ceras réitère ses sincères remerciements à Antoine Bigler, un président hors pair qui a suivi, permis et encouragé ces grandes évolutions. Il a nommé, pour le remplacer dès le 1er juillet 2021, Florent Cosandey, chef de la section francophone de l'Office des écoles moyennes et de la formation professionnelle du canton de Berne.

Le Conseil de fondation a également le plaisir d'annoncer la nomination d'Aline Humbert, actuelle directrice adjointe cycle 1 au cercle scolaire de Colombier et environs (CESCOLE), qui succèdera dans le courant de l'automne à Pierrine Guillaume-Gentil.